SociétéVal d'OiseCergy-PontoiseCergyDans les archives de l'INADossiersFaits divers

Dans les archives de l’INA : Mirapolis

Par Bertrand Cannamela • 10 juillet 2013 à 18:00 • 4 commentaires

Dans les archives de l’INA : Mirapolis

Partagez !

Ça se passe ici

A propos de l'auteur

Bertrand Cannamela

Journaliste, passionné de culture : cinéma, théâtre, musique, arts, histoire, voyages...

Il y a 25 ans, parler des activités à Cergy-Pontoise aurait forcément un sujet sur Mirapolis, le plus grand parc d’attraction d’Europe de l’époque, jusqu’à l’arrivée de Disneyland Paris. Chronique sur le début et la fin prématurée d’un projet trop ambitieux.

La chronique sur les archives de l’INA commencée lundi continue avec une histoire singulière : celle d’un projet grandiose, reflétant sa propre image d’un parc d’attractions trop grand, ou trop avant-gardiste.

L’histoire débute dans les années 80, avec l’inspiration de grands parcs américains successfull. Dès 1985, les premiers travaux commencent dans les champs bordant Cergy-le-Haut, terminant par la mise en place du colosse, mascotte de Mirapolis, le Gargantua. Déjà, à l’époque, la menace Disneyland plane sur le lieu.

 

20 mai 1987 : Ouverture du parc

Toujours dans la veine, l’inauguration est grandiose. Le premier ministre Jacques Chirac s’en réjouit.

Dès l’ouverture, les ennuis commencent pour le parc, avec la manifestation de forains dénonçant une concurrence déloyale.

Le parc débute alors, mais le succès n’est pas là. La fréquentation est de 4% de celle attendue. Il apporte certes son lot de célébrités, comme le soutien de Carlos ou la visite de Jonhy Halliday.

 

La fin de Mirapolis

Les efforts faits et un petit pic de visiteurs (1 millions) apparaît l’année 1988, probablement grâce à un retournement de veste : les forains sont invités à s’installer dans le lieu. Malgré cela, le parc va d’échec en échec. Les entreprises à la tête du lieu se succèdent et font faillite les uns après les autres, jusqu’à la reprise de forains qui injectent 30 millions de francs, qui ne suffisent pas, et l’ouverture proche d’Eurodisney sonne son glas.

La saison 1991 voit donc la fin d’un parc surestimé et pourtant toujours apprécié aujourd’hui.

4 commentaires


4 réponses à “Dans les archives de l’INA : Mirapolis”

  1. Manche dit :

    Oui dommage, ça serait cool si il y avait la possibilité de le rouvrir, vue l’état il faut de l’argent

  2. […] Dans les archives de l'INA : Mirapolis cergyvie Il y a 25 ans, parler des activités à Cergy-Pontoise aurait forcément un sujet sur Mirapolis, le plus grand parc d'attraction d'Europe de l'époque, jusqu'à l'arrivée de Disneyland Paris.  […]

  3. Jojo95 dit :

    C dommage que sa n’existe plus ! sa avai l’air cool…

Laisser un commentaire

Le Fil Actu